Austérité dans l’ESR

Le miracle des RCE…

, par Marc Champesme

Il faut dénoncer l’utilisation actuelle par le gouvernement des termes de "création d’emplois" ou d’"augmentation des effectifs" (et ne pas les reprendre), de même que les termes "non suppression d’emplois" ou "stabilisation des effectifs" employés par le gouvernement précédent : il ne s’agit en fait que d’augmentation (ou de stabilisation) des plafonds d’emplois, ce qui ne présage en rien de créations effectives d’emplois, ni même d’une stabilisation des effectifs… et qui, bien au contraire, masquent des suppressions d’emplois bien réelles…

Pour savoir ce qu’il en est réellement il faut regarder l’"exécution des plafonds d’emplois", informations données dans les RAP (rapports annuels de performance) ou dans le rapport annuel de la cours des comptes sur l’"analyse de l’exécution du budget de l’état par mission et programme". Dans le dernier rapport de la cours des comptes de mai 2013 portant sur l’exécution du budget 2012 de la MIRES, on découvre ainsi que durant l’exercice budgétaire 2012, alors que les plafonds d’emplois étaient stables, le nombre d’emplois sous plafond d’état (en ETP ou équivalent temps plein) effectivement pourvus a diminué de 4 232 ETP pour l’ensemble de la MIRES et de 2 740 ETP pour le seul programme 150 !!

Faible consolation, en 2012 le nombre d’emplois "hors plafond" (i.e. emplois de contractuels financés intégralement sur ressources propres) a augmenté de 2904 ETP pour l’ensemble de la MIRES dont 2065 uniquement pour le programme 150.

Si l’on compare avec les chiffres de 2008 (i.e. exécution des plafonds d’emplois 2012 vs 2008) :
- diminution de 7 245 ETP sous plafond pour la MIRES
- dont une diminution de 4 554 ETP sous plafond pour le programme 150

Tel est le véritable miracle des RCE : réussir à faire passer un plan de suppression d’emplois de fonctionnaires pour une stabilisation ou une augmentation du nombre d’emplois.

On peut donc anticiper que les 1000 prétendues créations d’emplois de 2013 n’auront au mieux permis que de limiter l’ampleur d’une nouvelle saignée...