Motion Loi ORE du CFVU du 25/01/2018

, par Marc Champesme

La CFVU de l’université de Paris13, réunie le 25 janvier 2018, réaffirme son attachement au libre accès des bacheliers à l’enseignement supérieur public et regrette les nouvelles modalités choisie pour l’organiser.

Alors que la loi « relative à l’orientation et à la réussite des étudiants » n’a pas encore été adoptée par le Parlement, le ministère oblige les universités à mettre en place une réforme dans le flou et l’urgence au détriment de ses autres missions. Il met une pression inacceptable sur le monde universitaire et sur les lycées.

Nous avons à cœur d’accompagner, de former et de favoriser la réussite du plus grand nombre. C’est là tout le sens de notre mission. Mais pour atteindre cet objectif, il faut des moyens autrement plus importants que ceux annoncés. Depuis plusieurs années, l’université Paris 13 se voit contrainte, faute de moyens suffisants, comme de nombreuses autres universités françaises, de geler ou suspendre des postes de façon chronique et ce malgré l’augmentation régulière de nos capacités d’accueil en licences. On conçoit mal comment l’établissement pourrait mettre en place, sans moyens adéquats, l’accompagnement personnalisé des étudiants qui est annoncé dans le Plan Étudiants.

Afin d’offrir un véritable dispositif d’accompagnement personnalisé aux étudiants, des moyens supplémentaires doivent être accordés à l’université Paris 13 notamment pour l’organisation du dispositif "Oui si".

C’est pourquoi la CFVU de l’université Paris 13 n’adhère pas au processus qui la contraint à s’adapter à une loi qui n’a pas encore été votée et réitère son appel au ministère afin que soient accordés aux universités les moyens humains et matériels nécessaires pour assurer ses missions.

Elle s’associe aux Conseils des autres établissements qui ont adopté cette position, qui nous parait la seule responsable en cette période d’incertitude législative.

P.-S.

Motion adoptée à l’unanimité.